Restez informés de l'actualité éco-responsable pour votre entreprise en vous inscrivant à notre newsletter ! 

Black Friday 2020 : l’année de trop ?

20 novembre 2020

Depuis quelques années, la France a décidé de se mettre à l’heure américaine au mois de Novembre en intégrant le célèbre Black Friday : une journée durant laquelle les commerçants proposent des réductions complètement démentes pouvant aller jusqu’à -90% sur leurs produits. Le but ? Vendre toujours plus et vider les stocks de certains produits qui, en temps normal, se retrouvent largement ignorés par les consommateurs.
Cela donne bien souvent lieu à de véritables foires d’empoignes dans les magasins où certains sont parfois prêt à faire la queue des heures entières simplement pour être les premiers à en profiter.
Alors à l’heure où de nombreux commerçants ont dû fermer leurs portes pour cause de confinement et où jamais les français et les françaises n’ont été autant concernés par le changement climatique, une question se pose, le Black Friday a t-il encore des raisons d’exister ?

Un impact environnemental (trop) important


À l’heure du digital où le e-commerce est roi, encore plus en ces temps troublés, le Black Friday se joue maintenant surtout en ligne. Popularisé par le géant Amazon, très vite les autres acteurs français ont suivi la même direction, C-Discount et Fnac en tête. 

Tout cela entraîne chaque année un pic de commandes et donc un boom du nombre de colis à livrer, donc une augmentation drastique des émissions de CO2 de la part des camions et des camionnettes chargés d’effectuer les livraisons à domicile.

Quand on sait que 40% des émissions de CO2 du trafic routier proviennent directement de ces deux types de véhicules, on comprend tout de suite que ce n’est pas forcément la meilleure des idées.
Mais il y a encore un deuxième effet “kiss cool” induit directement par le Black Friday : les acheteurs se retrouvent souvent en état de « stress » face à des promotions ce qui diminue fortement le raisonnement classique du « est ce que j’en ai vraiment besoin ? » et surtout de la peur de « louper la bonne affaire » avec des commerçants qui agitent souvent sous leur nez les fameux stocks faibles, poussant donc à acheter au plus vite.

Au final, une fois leurs colis reçus, une proportion importante d’acheteurs regrettent leurs décisions voire renvoient leurs colis, venant doubler ainsi l’impact environnemental de ces derniers, poussant parfois même à la destruction des objets par le vendeur lorsque ces derniers ne sont plus récupérables.



Une journée réservée aux « gros » acteurs


Comme on l’a vu au début de cet article, le Black Friday était à l’origine une journée permettant aux grands magasins de venir libérer leurs stocks de produits invendus et ce afin de faire de la place pour… les produits de Noël !

Si aujourd’hui cette raison pourrait encore être valable, elle est en réalité minime, les e-commercants bénéficiant souvent d’immenses lieux de stockage loin des centres-villes et donc bien moins coûteux, ce qui au final se révèle être à leur avantage pour le Black Friday 

En effet, pour pouvoir légitimer les promotions importantes qui sont consenties ainsi que les coûts de livraisons souvent offert en cette journée, ces acteurs parient sur le fait qu’au final les acheteurs sont prêts à dépenser énormément d’un coup en achetant comme nous l’avons vu des produits dont ils n’ont pas forcément besoin.

On comprend donc l’importance de disposer d’importants stocks pour pouvoir répondre à une demande qui si elle était auparavant centrée sur une seul jour, s’étant désormais le plus souvent du vendredi au lundi suivant, qui a été rebaptisé « Cyber Monday », montrant encore une fois l’appropriation par le e-commerce.

Ce sont donc les commerçants plus petits qui se retrouvent grandement désavantagés, et notamment les boutiques de centre-ville qui ne disposent par nature souvent pas de stocks importants et sont incapables de rivaliser avec les promotions des géants sans risquer de mettre la clé sous la porte.

Make Friday Green Again, la réponse éco-responsable :

C’est en 2017 qu’on a vu l’émergence d’un mouvement anti Black Friday. Dénommé Green Friday, l’association a décidé de se dresser contre la sur-consommation induite par le Black Friday et surtout de sensibiliser les consommateurs à une consommation plus responsable ainsi qu’aux impacts environnementaux et sociaux que peuvent avoir leurs achats.

Rejoins par de plus en plus de marques et de commerçants chaque année qui se retrouvent dans les valeurs du mouvement, le Green Friday met en avant des initiatives plus durables qui peuvent être choisies par les marques lors de cette fameuse journée et ainsi transformer une journée commerciale en un événement plus social et positif.

Parmi les différentes actions qui ont déjà été prises on retrouve pour beaucoup la décision de ne pas appliquer de réductions durant cette journée. Mais certains vont encore plus loin et ont décidé de fermer purement et simplement leur site internet le jour du Black Friday pour montrer leur engagement.

Un autre choix, qui peut-être une excellente alternative, consiste à reverser directement un pourcentage du prix des produits vendus à une ou plusieurs associations. Ainsi, l’achat d’un produit ce jour-là permet d’avoir un effet positif sur notre société.

En 2020, ça donne quoi ?

Cette année les choses sont encore plus compliquées pour les petits commerces. Avec la situation sanitaire, beaucoup d’entre elles ont dû fermer leurs portes depuis la fin du mois d’octobre, et souffrent plus que jamais de la concurrence des sites de e-commerce.

On l’a vu, les possibilités de faire les choses différemment ne manquent pas, et cette journée aurait d’autant plus de sens si elle avait un impact positif sur notre société.

Si vous êtes une entreprise, cette journée est l’occasion de partager vos valeurs et votre engagement environnemental en rejoignant notamment le mouvement Green Friday et en prenant des décisions justes et durables.

Si vous êtes simple consommateur, vous avez un pouvoir de décision tout aussi grand, en choisissant d’éviter les achats sur les principales plateformes, vous envoyez un message clair sur la nécessité de changer des pratiques qui ne sont plus tenables dans le temps.

Dans tous les cas nous espérons que la lecture de cet article vous aura plu, vous retrouverez toutes les sources juste en dessous et si vous avez des questions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Sources de l’article :

https://www.greenfriday.fr

https://www.europe1.fr/societe/black-friday-il-est-difficile-de-quantifier-linfluence-de-ce-jour-de-consommation-exacte-sur-le-climat-3934344

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/transitions-ecologiques/black-friday-trois-ong-deplorent-l-impact-environnemental-d-amazon-833817.html

https://www.ladn.eu/adn-business/news-business/actualites-annonceurs/fermeture-site-camif-jour-black-friday/

Si vous souhaitez faire le point sur la démarche éco-responsable de votre entreprise :

Allons-y !
(premier rendez-vous offert)

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir tous nos articles par mail

À lire aussi
Nous soutenons l'initiative 
Made with 💚 in Paris by PIKO PIKO
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram